Prendre de soin de soi

L’observation qui fait du bien: un bébé et son papa en train de jouer .

By 6 août 2018 août 10th, 2018 No Comments

En bref:  La vignette clinique de l’observation d’un jeu entre un bébé de 1 an et son papa. Une observation qui fait du bien  pour se ressourcer en tant que professionnel de la santé mentale. 

Mon quotidien professionnel:

J’ai un métier (comme d’autres) où je vois surtout « les trains qui n’arrivent pas à l’heure ».

C ’est à dire des personnes, des bébés, des enfants qui vont mal, qui sont en difficulté.

J’observe et j’évalue directement, ou en vidéo, des nourrissons qui souffrent de retrait relationnel, de troubles de l’interaction précoce, de retards de développement toute l’année.

J’écoute des parents déprimés, épuisés psychiquement, traumatisés.

Je soutiens, analyse les pratiques de professionnels (d’étudiants) parfois au bord du burn out.

C’est un métier qui pompe l’énergie vitale.

Il est donc important ne pas oublier de prendre soin de soi, de mettre en place des petites stratégies pour recharger ses batteries.

Les vacances sont le bon moment pour cela.

Petite stratégie pour me ressourcer: l’observation de familles qui vont bien.

Il existe mille et une façon de se réénergiser mentalement pendant l’été. En voici une que j’utilise et que je trouve particulièrement intéressante pour les professionnels qui travaillent avec des familles en difficultés, des bébés et des enfants qui ne vont pas bien toute l’année : J’OBSERVE LES FAMILLES EN VACANCES !

Je sais ce que vous vous dites : Ce n’est pas très différent de mon quotidien, encore de l’observation, encore des familles…. attendez la suite 🙂

Une petite observation récente:

Hier, nous dînions au restaurant sur une terrasse. Nous étions en train de profiter de la compagnie de nos amis et de la douceur de la soirée après la chaleur écrasante de la journée.

Il y avait un mariage et donc beaucoup d’allées et venues, beaucoup d’enfants qui jouaient.

Et puis, je vois un bébé de 1 an environ. Il est tout sourire, à quatre pattes, en train de faire courir partout son papa.

Je vois ce papa, incroyablement disponible et détendu, sensible à tous les petits signaux de son bébé. Tous les deux s’amusent comme des fous. Ils échangent sourires, regards, dans un jeu où bébé semble vouloir échapper à un papa qui veut l’attraper.

Puis le bébé se dirige, avec une vitesse incroyable, vers un toboggan en plastique. Pas un petit toboggan ! Un toboggan dont le sommet est au niveau de la tête du papa qui, lui-même, n’est pas petit.

Il commence à grimper sur le toboggan par devant, à quatre pattes. Il s’accroche comme un fou pour réussir à aller s’asseoir en haut. Il fait manifestement un effort important, c’est vraiment très en pente. Papa est derrière le bébé, prêt à le rattraper, la main délicatement posée sur la couche, mais sans force, il ne pousse pas le bébé, ne l’aide pas plus que nécessaire, il est juste prèt à intervenir en cas de besoin. Il soutient l’exploration, l’aventure, le développement, il est très très accordé.

Le bébé, après quelques minutes d’efforts, parvient au sommet du toboggan, il s’assoit face à papa, tout en haut, fier comme un paon.

À ce moment papa et son bébé partagent un moment intense de connexion positive. Ils se regardent, se sourient de satisfaction après l’effort. Le visage du papa reflète celui du bébé. Je ne sais pas ce que papa dit à son bébé, je ne comprends pas leur langue mais je n’en ai pas besoin, le mirroring est parfait.

Après ce moment de partage, c’est celui du grand final, la glissade.

Ça va vite ! Papa tient les mains de son bébé, le bébé éclate de rire, papa rattrape son bébé dans les bras ! C’est intense ! Excitant pour le bébé, ultra stimulant. Après une pause calme de quelques secondes dans les bras de papa, le temps de reprendre son souffle pour l’un et pour l’autre, et déjà le bébé signale à son papa qu’il veut être mis par terre. C’est reparti pour un tour. Le bébé recommence à grimper sur le toboggan.

Cela a bien duré 3 – 4 fois et puis papa a proposé autre chose, car le bébé s’excitait beaucoup et devait se fatiguer à grimper sur ce toboggan encore et encore.

Ce qui est amusant c’est que nous sommes à la montagne en vacances et je me suis dit : « ce papa est en train d’apprendre à son bébé, avec beaucoup d’attention et de plaisir, à être un vrai petit montagnard. »

Conclusion:

Pour faire le lien entre le début de mon article et cette vignette clinique, cette observation volée à ce papa et ce bébé (j’aurais tellement voulu pouvoir la filmer pour les formations) est  représentative d’une de mes stratégies pour recharger mes batteries pendant les vacances.

J’observe les familles détendues, qui vont bien, leurs joies, leurs relations, pour ne pas oublier ce qu’est le développement normal, sain. Ne pas oublier à quel point les bébés ont de l’énergie et à quel point ils nous entraînent avec eux dans le mouvement de la vie.

Je remplis ma tête de représentations de ce qu’est une famille en pleine santé, avec des parents disponibles pour leurs enfants, détendus, qui peuvent profiter d’être ensemble.

Et je me rappelle surtout que, dans la majorité des cas, et même si ce n’est pas ce que je vois au cabinet, tout se passe bien dans les familles.

La plupart du temps tout est aussi joli que ce que j’ai pu observer entre ce papa et ce bébé lors d’un mariage.

 

Et vous, que faites-vous pour vous ressourcer pendant les vacances, comment rechargez vous vos batteries ?

Partagez vos stratégies en commentant cet article .